Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Déc 2016 | Profession
 

Un buraliste blessé par un coup de couteau

• Alpes-de-Haute-Provence. Deux frères buralistes à Sisteron ont résisté au malfaiteur qui les menaçait avec son couteau ce samedi 24 décembre vers midi. Dans l’altercation, l’un d’eux reçoit un coup de couteau dans la joue, une blessure profonde qui nécessitera son hospitalisation. L’homme au visage dissimulé finit par récupérer le fond de caisse qui contenait quelques centaines d’euros. Et prend la fuite.
« À chaque fois, ça tombe sur nous », a commenté le cogérant du tabac-presse : « Le Calendal » a déjà été la cible d’un braquage, en mai 2011.

Perturbés mais sans plus

• Lot-et-Garonne. Les cambrioleurs ont cassé le volet d’un local mitoyen, puis percé une cloison en placoplatre pour s’introduire dans un débit de tabac de Saint-Étienne-de-Fougères vers 3 heures du matin ce samedi 24 décembre. Perturbés par l’alarme qui se déclenche, ils prennent le temps de prendre des paquets de cigarettes, des briquets, des cigarettes électroniques et des jeux.

Jusqu’au coffre

• Marne. Vendredi 23 décembre au soir, deux hommes armés, gantés et encagoulés ont fait irruption dans un tabac-presse de Saint-Brice-Courcelles, en périphérie de Reims. Ils ont pris le fond de caisse et se sont fait ouvrir le coffre, ce qui semblait leur objectif premier. Leur forfait accompli, ils ont vite disparu, un complice les attendant dehors.

Brouillard dans l’après-midi

• Tarn. Il était environ 15 heures, ce jeudi 23 décembre, lorsque le propriétaire du tabac-presse du village de Cagnac-les-Mines a dû remettre le contenu de sa caisse aux deux individus casqués, dont l’un le menaçait avec une arme de poing. Les braqueurs ont pris la fuite en emportant quelques paquets de cigarettes et se sont évanouis dans le brouillard.

Comparution immédiate

• Haut-Rhin. Mercredi 22 décembre vers 7 heures, une buraliste de Colmar fait brusquement face à un malfaiteur, armé d’une serpe et exigeant … un paquet de cigarettes. Deux « complices » (des clients connus) étaient auparavant entrés dans le magasin et l’attendaient dehors … Avec calme et détermination, la buraliste a ordonné à son agresseur de sortir, en brandissant une bombe lacrymogène à la main. L’agresseur a alors obtempéré. Rapidement confondu, il est passé, dès le lendemain, en comparution immédiate et a écopé d’un an de prison dont six mois ferme.