Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Fév 2021 | Profession
 

Braquage au moment du couvre-feu 

• Seine-Maritime. Un individu, vêtu de noir et encagoulé, est entré dans un bar-tabac du Havre en fin d’après-midi ce jeudi 25 février. Muni d’une arme de poing, le malfaiteur a sommé le client présent d’éteindre son téléphone …

Après avoir sauté par-dessus le comptoir, il a demandé à l’employée de remplir, avec le contenu de la caisse, un sac qu’il lui a tendu. Celle-ci a obtempéré.

Une buraliste … un couteau sur la gorge 

• Morbihan. Un homme a fait irruption dans un tabac-presse de Vannes, un quart d’heure avant le couvre-feu, ce mercredi 24 février. Il a menacé la buraliste avec un couteau de cuisine – le posant sur sa gorge – et s’est emparé du fonds de caisse. Quand le braqueur a pris la fuite, la buraliste, avant d’appeler la police, a alerté des passants qui ont aidé à le localiser.

L’homme était alcoolisé lors de son interpellation. Il a reconnu les faits lors de sa garde à vue, en expliquant ne pas avoir touché son allocation aux adultes handicapés. Il s’agit d’un récidiviste. Ce 26 février, il comparaissait devant le tribunal de Vannes. Il a été immédiatement conduit à la maison d’arrêt pour quatre ans en prison.

Ce n’était plus un film 

• Hautes-Pyrénées. Ils étaient trois à répondre du braquage d’un buraliste de Tarbes, le 4 février dernier, dans le cadre d’une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. Un quatrième complice répondra de ses actes devant la juridiction pour mineurs.

En fait, à la faveur d’un banal contrôle, ce dernier a été confondu grâce au blouson qu’il portait correspondant à celui repéré sur les caméras de surveillance. C’est ensuite en l’interrogeant sur ses fréquentations que les policiers vont remonter jusqu’aux auteurs du vol à main armé. Dans un appartement, ils ont mis la main sur l’arme à feu utilisée et son propriétaire.

C’est après une soirée arrosée que le braquage aurait été décidé … devant un film. Pour un modeste butin de 400 euros, ils ont été condamnés à des peines de trois ans à 1 mois avec sursis.