Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Août 2019 | Profession
 

Difficile de parler de la situation du réseau des buralistes « globalement », tant le réseau est riche de sa diversité et se caractérise par des situations différentes. 

Comme le révèle cette séquence, consacrée aux buralistes, aux infos de 6 heures sur RTL, le 7 août. 

•• Bénédicte Tassart a démarré sur une note négative : « il devient de plus en plus difficile de trouver un débit de tabac, surtout dans les zones rurales. On compte aujourd’hui un peu plus de 24 000 buralistes en France et les panneaux à vendre se multiplient dans les communes de moins de 3 500 habitants ».

•• Puis on passe à l’interview de Joël Delbove (président de la chambre syndicale des buralistes du secteur de Valenciennes et administrateur de la Confédération) qui constate « au moins trois fois plus » de débits de tabac à vendre et dans des délais plus longs :« avant ils étaient vendus en 1 ou 2 ans maximum, il faut désormais attendre 4, 5 ou 6 ans et pas dans les meilleures conditions ».

•• Le reportage débouche ensuite sur un changement de tonalité avec l’intervention de Laurent Arvault, spécialiste des transactions de commerces et de tabacs : « il y a des disparités régionales, avec une désertification de certaines zones. Le Nord est malheureusement une région relativement sinistrée. Nous, pour notre zone d’activité – le nord de Paris – on a un secteur très, très dynamique. 

« Nous avons eu des années où on avait beaucoup de débits de tabac à vendre et très peu de demandeurs. Aujourd’hui, c’est totalement le contraire : on a beaucoup de prospects et très peu d’offres » poursuit le spécialiste.

D’ailleurs, conclut RTL, les nouveaux buralistes sont souvent jeunes et en profitent rapidement pour diversifier leur activité.