Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Oct 2016 | Profession
 

Cartes prépayées arnaqueDeux affaires qui nous renvoient à d’autres, constatées l’année dernière et il y a encore six mois (voir Lmdt des 21 février ainsi que des 19 et 30 mars). 

•• En Côte-d’Or, deux buralistes ont été pris pour cible en fin de semaine dernière.

Le vendredi 14 octobre, c’est un buraliste de Saulieu qui a reçu un coup de téléphone d’un faux gendarme. Au bout du fil, ce dernier a expliqué au buraliste qu’il était …victime d’une arnaque aux tickets, tout type de recharge, et qu’il devait fournir la preuve des tickets dernièrement vendus. Puis, un second interlocuteur contacte le buraliste, se faisant passer pour le directeur de la société qui gère ces tickets de recharge. Il demande alors les codes des derniers tickets pour, soit disant, les annuler.

Le lendemain, c’est un buraliste de Blaisy-Bas qui a reçu le même appel provenant, cette fois, selon l’escroc, de la police de Dijon. Méfiant, le débitant a contacté le commissariat qui lui a indiqué qu’aucun service n’a cherché à le contacter. Déjà, en mai dernier, deux plaintes pour escroquerie et huit pour tentatives d’escroquerie avaient été déposées dans les gendarmeries du département par des buralistes.

•• Dans les Côtes-d’Armor, toujours samedi 15 octobre, un buraliste du Mené est victime de la même méthode. Un premier appel d’un « faux gendarme » suivi d’un second appel de la « société qui gère les cartes » demandant les codes de onze tickets pour que « ça marche ». Les codes, fournis ensuite pour annuler les transactions, étaient bidons.