Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Nov 2018 | Profession
 

Dans le Bas-Rhin, en raison du mouvement des Gilets Jaunes, certains magasins ont décidé de fermer leurs portes, soit en prévention d’éventuels conflits, soit par souci d’organisation pour les salariés, soit par solidarité : c’est le cas d’un tabac-presse à Sarre-Union. 

Claude Richert (vice-président de l’association Buralistes en colère / voir Lmdt du 8 septembre) a décidé de fermer l’après-midi de ce samedi 17 novembre.

Et pour lui ça va beaucoup plus loin que la grogne sur le carburant, comme il l’a expliqué sur Radio Mélodie. Le prix du paquet de cigarettes devrait encore augmenter de 50 centimes en mars prochain. Fermer son commerce un samedi après-midi, c’est une perte d’un tiers de son chiffre d’affaires habituel ; car c’est une grosse journée pour lui. Mais il a préféré soutenir le mouvement (voir aussi Lmdt du 16 novembre).