Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Fév 2018 | Trafic
 

On en sait un peu plus sur les braqueurs de camions Logista de livraison tabac, mis en examen et incarcérés cette semaine (voir Lmdt du 22 février).

Notamment sur l’un d’eux, dont la présence confirme bien la diversification du grand banditisme le plus dangereux dans la juteuse activité de contrebande de tabac volé.

•• Il s’agit de Loïc Delière, dit « Gueule d’Ange », 40 ans, ancien complice et ami du célèbre braqueur de fourgons Antonio Ferrara.

Originaire de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise), c’est un sérieux pratiquant de boxe thaïe avant d’être contraint de mettre fin à sa carrière pour blessure à 19 ans. Sa reconversion, il va la chercher dans le grand banditisme.

À Nanterre, en 2000, il participe à l’attaque d’un fourgon bancaire. Un convoyeur est abattu. La même année, on a la preuve de sa participation dans un autre braquage spectaculaire à Gentilly. Arrêté à Paris, en 2001, il écope de deux peines : vingt ans et neuf ans de prison. Il était ressorti depuis.

•• Les attaques de camions Logista pour lesquelles il est incriminé (voir Lmdt des 15 mars, 7 avril et 27 décembre 2017) étaient menées selon le même mode opératoire : blocage du camion de tabac par des véhicules utilitaires ; chauffeurs momentanément pris en otage sous la menace de barres de fer ; transfert de la marchandise dans une autre camionnette.

C’est un talkie-walkie tombé et abandonné, lors de l’un de ces braquages, qui a permis aux enquêteurs de remonter leur piste.

•• Six interpellations – le vendredi 16 février – ont eu lieu à Douchy (Aisne), Courtry (Seine-et-Marne), Deuil-la-Barre (Val d’Oise) et Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Dans des lieux occupés par des personnes majoritairement originaires de la communauté des gens du voyage. Les perquisitions ont permis de trouver des armes : pistolet automatique Glock 19, fusil à pompe.

Il semblerait que tout le monde garde le silence, pour le moment. Quatre des six hommes ont été écroués.

Finement, Le Parisien / Aujourd’hui en France, du 22 février, indique : « en général, ces équipes revendent (les cartons) à des buralistes peu regardants ou à des équipes de vendeurs à la sauvette. »