Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Déc 2017 | Profession
 

Le procès du hold-up d’un bureau de tabac dans le village de Dolomieu (Isère) en 2014, qui s’est soldé par la mort d’un témoin et le suicide en détention d’un des auteurs présumés, s’est ouvert ce mardi sur les aveux et excuses du tireur (voir Lmdt du 11 décembre).

« Je veux m’excuser auprès de toutes ces personnes (…) je suis coupable de tous les faits qu’on me reproche, je prends l’entière responsabilité », a déclaré Mukael Erdem, 22 ans, après le rappel du déroulé de cet après-midi 29 juillet 2014.

Il avait tout avoué dès sa première garde à vue, quatre jours plus tard.

« J’étais un sale gamin inconscient », a reconnu Mukael Erdem, la mine contrite, précisant à propos de son complice qu’il n’était « qu’une victime que j’ai entraînée dans mes conneries », en l’occurrence se procurer de l’argent pour payer ses vacances en commettant une agression.

« Je ferai face et je sortirai plus fort », a dit l’accusé, réitérant ses excuses. Il encourt une peine maximale de réclusion criminelle à perpétuité.

La famille de Hugo Villerez – sa mère, son père et son frère – sont parties civiles, tout comme la buraliste. À l’audience, le premier conducteur ayant fait l’objet d’une tentative de vol de sa voiture s’est constitué partie civile, tout comme l’une des clientes du bureau de tabac.