Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Fév 2018 | Observatoire
 

La start-up marseillaise Green Minded cherche des partenaires pour passer du prototypage à la commercialisation de sa « Borne to recycle », le premier cendrier intelligent du monde … à destination des entreprises et des collectivités territoriales.

Au sein de cette startup, on a donc conçu une borne de collecte et de recyclage des mégots. On sait que ces derniers, jetés dans la nature, peuvent mettre jusqu’à quinze ans pour disparaître.

•• En quoi un cendrier intelligent ?  Réponse de la jeune dirigeante, Alice Comble. « Nous avons voulu rendre cette solution ludique en l’associant à un système de gamification. Sur chaque borne, composée de deux compartiments, sera posée une question, entraînant une réponse binaire. Selon sa réponse, le fumeur jettera son mégot dans l’un ou l’autre de ces compartiments. Nous conjuguons donc deux collectes, les déchets et les données …

« Par ce biais, nous valorisons aussi le geste de recycler. Ce système permet aux personnes de cumuler des points, via une cagnotte sur application mobile. Elle sera redistribuée sous forme d’argent à des associations luttant pour l’environnement ou contre le tabac, au choix des utilisateurs ».

•• Mais que faire des mégots après cela ? « Il commence à se créer une filière de valorisation sur le sol français. Une jeune entreprise du nom de « MéGo ! » a vu le jour l’an dernier en Bretagne, elle recycle ces déchets en compost urbain pour le papier et le tabac, et en plastique pour les filtres. Plastique transformé, ensuite, en mobilier urbain » (voir Lmdt du 11 janvier).

•• Mais en attendant d’affréter de grandes quantités de mégots à direction de la Bretagne, il est surtout question aujourd’hui de finaliser les deux prototypes de borne, actuellement en phase de test et d’affinage. Un travail qui devrait permettre d’aboutir fin 2018 à une version finale du cendrier intelligent.

La commercialisation débutera donc début 2019, en ciblant les collectivités et le privé. La start-up compte une vingtaine commandes de bornes de la part des entreprises Pour les collectivités, la stratégie est de passer par Véolia qui répond à un appel d’offres de la ville de Lille (voir Lmdt du 15 février).

•• Côté business model, Green Minded devrait vivre de la location de ses bornes.

Mais tout comme le cendrier connecté à venir, le business model aussi est en cours d’affinage : « il n’y a pas d’écotaxe pour la valorisation des mégots, nous devons payer de nos deniers pour les faire recycler. Les tests que nous sommes en train de réaliser en ce moment nous permettent donc aussi de connaître la quantité de déchets qu’il va falloir recycler, sachant que plus il y a de volume, plus cela nous coûtera cher. En fonction des résultats de ces essais, nous reporterons le coût de cette valorisation dans le tarif de location de la borne ».