Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Jan 2021 | Profession
 

Poursuite de la revue de presse sur le déploiement de la « Borne des buralistes » (voir 8 et 7 janvier).

Le patron d’un tabac-presse de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) est le tout premier buraliste du secteur à avoir accueilli cette borne. « Tout le monde n’a pas Internet chez soi ou sur son téléphone. Et c’est parfois compliqué d’envoyer un document papier par mail », confie-t-il dans Le Parisien.

•• « Et les gens savent qu’on n’est jamais loin s’ils ont besoin d’un coup de main » ajoute-t-il.

« J’ai reçu des habitants qui avaient tenté de faire leur démarche de carte grise sur le site Internet ANTS mais c’était trop compliqué, ils n’y arrivaient pas. Alors ils sont venus ici et je les ai aidés. Ils étaient heureux d’avoir quelqu’un à côté d’eux pour les guider. »

•• Un client, venu acheter un carnet de timbres, a bien compris l’utilité de voir les buralistes diversifier leur activité : « cela dépanne tout le monde ! On évite de courir à la gare, à la poste … Tout est sur place au même endroit. J’ai même payé mon amende au tabac récemment. Je n’ai pas de scanner chez moi par exemple pour envoyer un document par mail. Et pour les billets de train, c’est toujours la folie à la gare. »

•• Le buraliste n’a rien à payer pour accueillir la borne dans son magasin, précise le quotidien. Il est rémunéré à la commission à chaque acte effectué dessus. Le dispositif est financé grâce à la publicité diffusée sur l’écran.

« Pour l’instant, l’appareil ne représente pas grand-chose côté revenu chez moi » concède le buraliste, « mais c’était pareil avec les comptes Nickel au début. Six ans après, j’en suis à plus de 3 700 comptes ouverts ici. Cela représente un vrai complément de revenu désormais. »