Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Déc 2020 | Trafic
 

Six personnes ont été mises en examen, deux d’entre elles écrouées, mercredi et jeudi à Bordeaux, après le démantèlement d’un réseau portant principalement sur du trafic de cigarettes, mais aussi du proxénétisme, entre la France et la Bulgarie, a annoncé vendredi la gendarmerie, selon une dépêche de l’AFP que nous reprenons intégralement.

Les six Bulgares déférés, cinq hommes et une femme âgés de 21 à 45 ans, ont été mis en examen pour association de malfaiteurs, importation et détention en contrebande et bande organisée de tabac manufacturé, vente frauduleuse au détail en bande organisée de tabacs fabriqués. L’un des suspects a également été mis en examen pour blanchiment, recel en bande organisée et proxénétisme aggravé.

Un autre personne a été interpellée en Bulgarie sur mandat d’arrêt européen.

•• Les défèrements font suite à une opération d’envergure, avec quelque 150 gendarmes et officiers de douane judiciaire engagés, déclenchée lundi simultanément en France (Bordeaux et Moissac dans le Tarn-et-Garonne) et en Bulgarie, à l’occasion d’une nouvelle importation en contrebande de tabac. Elle a conduit à onze interpellations au total, dont plusieurs dans un campement situé dans un hangar désaffecté de Bordeaux, mis à disposition par la mairie à la suite de l’évacuation récente d’un squat.

•• L’opération, a précisé la gendarmerie, était l’aboutissement d’une enquête de plusieurs mois, démarrée en février 2019, avec le suivi par la gendarmerie d’un Bulgare impliqué dans le recel d’objets cambriolés dans les Landes. Les investigations avaient révélé l’acheminement par le suspect, depuis la Bulgarie, de jeunes femmes qui se prostituaient à Bordeaux, et des faits de contrebande de cigarettes. Le bénéfice de cette contrebande est évalué entre 200 000 et 400 000 euros.

Quelque 90 000 euros en numéraires, huit véhicules et 650 cartouches de cigarettes ont également été saisis, comme devaient l’être plusieurs biens immobiliers en Bulgarie, investissements par lesquels étaient blanchis les fonds.