Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Juil 2019 | Profession
 

Dans le cadre de l’accord entre la SNCF et la Confédération (voir Lmdt des 8 et 9 juillet), le dispositif de vente de billets de trains sera lancé d’ici la fin du mois chez cinq buralistes du Calvados, la région Normandie ayant été choisie – comme quatre autres – pour la phase d’expérimentation : à Caen, Falaise, Houlgate, Honfleur et Caumont-l’Éventé.  

Selon Alain Clouet, président de la Fédération des buralistes Normandie Maine, le choix de ces villes est stratégique. « On vérifiera si ces nouveaux points de vente correspondent aux attentes des usagers. Nous avons choisi ces zones pour voir si ce dispositif fonctionne là où il n’y a plus de guichets, en zone rurale, mais aussi là où il y en a encore, comme à Caen » déclare-t-il dans Ouest-France.

•• Pour Vincent Breteau, directeur général adjoint du transport à la Région, « les achats dématérialisés sont en forte croissance alors que l’on constate une baisse des ventes au guichet. Pour autant, le contact humain reste important pour un certain nombre de personnes. C’est pourquoi des alternatives sont mises en place ».

En Normandie, les buralistes ne sont pas les premiers à tester ce dispositif (…) Depuis un an, l’office de tourisme d’Avranches vend des billets TER et intercités. Un dispositif désormais bien connu des habitants mais qui reste limité aux billets modifiables.

•• Les buralistes, équipés d’une tablette tactile reliée à une imprimante, vendront des billets TER ou intercités, à l’unité, avec prise en compte des cartes d’abonnement, mais ne prendront pas en charge les échanges et les remboursements.

« Il y a une grande attente des buralistes qui veulent se diversifier » confirme Alain Clouet.« Je sens de l’enthousiasme, surtout en zone rurale où il y a des gares sans guichets ou avec des automates. Pour beaucoup d’usagers, le contact humain reste important ».

Alain Clouet considère aussi que ce dispositif permet de valoriser la profession : « notre métier, ça n’est pas que le tabac, c’est aussi du service à la personne en tant que commerce de proximité ! ».