Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Avr 2019 | Trafic
 

Bond de 36 % des saisies de tabac (204 contre 150 en 2017) pour un total de 10,8 tonnes collectées dans les filets douaniers en Normandie.

Le port du Havre pèse, en volume, pour 95 % de ce tabac de contrebande en réalisant à lui seul 10,3 tonnes.

•• Cette prépondérance du Havre n’est pas nouvelle. En 2017, 16,9 tonnes de tabac avaient été saisies en Normandie dont 16,6 tonnes au Havre. En 2016 : sur 12,4 tonnes récupérées, près de 12,2 tonnes l’avaient été dans la cité portuaire.

Cette importance des volumes découverts sur le port « tient au vecteur utilisé par les organisations de fraude qui tentent de transporter massivement des tabacs de contrebande en utilisant les grandes capacités des conteneurs », souligne Frédéric Lambert, Directeur régional de la Douane au Havre, dans Paris Normandie.

•• « Les saisies les plus importantes en quantité sont faites dans des conteneurs à leur arrivée sur la plate-forme portuaire, sur ciblage réalisé par la Celtics, notre Cellule de Lutte contre le Trafic illicite par Conteneurs », ajoute-t-il.

Ce fut le cas en octobre dernier, avec le plus « beau coup » de l’année (voir Lmdt du 11 octobre 2018).

•• « Cela dit, nos services opèrent des contrôles sur tous vecteurs : des contrôles à la circulation sur les axes routiers ; dans les centres de fret express et de tris postaux », ajoute le directeur. En tenant compte que les découvertes « ne portent nécessairement que sur des petites quantités ».

La demi-tonne saisie hors du port en 2018 l’a été dans tout type de ces lieux, mais aussi « à bord de navires de commerce à quai, ou encore en zone urbaine », indique la direction (voir Lmdt du 5 avril 2018).

•• Depuis le début de l’année 2019, « les contrôles renforcés dans le domaine du tabac sont maintenus : aux frontières terrestres, dans les ports, aéroports et les gares, mais aussi dans les centres de tri postaux et sur Internet. Cela reste une priorité de nos services », affirme Frédéric Lambert.