Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Avr 2021 | Profession
 

Selon le bilan annuel des Douanes, présenté ce vendredi par le ministre chargé des Comptes publics, Olivier Dussopt, les taxes sur le tabac ont ainsi grimpé à 15,3 milliards d’euros en 2020, contre 13,4 milliards en 2019. Revue de presse des analyses (voir le 2 avril). 

•• Les Échos : « Ces recettes, qui n’avaient jamais été aussi élevées, dépassent les prévisions de la Commission des Comptes de la Sécurité sociale, qui avaient déjà été revues à la hausse au début du mois d’octobre. 

« Deux facteurs se sont conjugués : la chute des ventes transfrontalières au printemps et la hausse des taxes sur le tabac, dans la continuité du programme d’alourdissement de cette fiscalité, instauré au début du quinquennat (prix moyen du paquet franchissant la barre de 10 euros en 2020) … »

•• LCI (François-Xavier Pietri) : « C’est vrai qu’avec le confinement et le télétravail, on fume plus mais ce n’est pas la principale raison. Regardez hier les kilomètres de bouchons entre Perpignan et Le Perthus … C’est ça qui explique en grande partie la cagnotte fiscale : les ventes détaxées de tabac qui se sont effondrées à cause de la fermeture des frontières. Il ne faut pas non plus sous-estimer la hausse des taxes du paquet à 10 euros.

« Mais quand les frontières sont fermés, c’est pas très bon pour les Douanes. Du fait de la baisse du trafic de tabac – pourtant devenu sport national – les Douanes ont saisi 100 tonnes de moins qu’en 2019. Les contrebandiers se sont toutefois adaptés : comme il n’y pas de restrictions sur les produits alimentaires, les agents ont trouvé 100 tonnes de tabac dans une cargaison de corn flakes ».

•• BFMTV (Pierre Kupferman) : « Les droits de consommation collectés en 2020 par les Douanes ont généré à eux seuls 15,2 milliards d’euros. En ajoutant la TVA, la fiscalité sur le tabac aura ainsi rapporté 18 milliards d’euros à l’État et à l’Assurance maladie, soit une hausse de 2,1 milliards d’euros (+13%) par rapport 2019.

« Du fait de la pandémie, les fumeurs n’ont pas pu se fournir autant que ces dernières années en cigarettes achetées à l’étranger (…) Durant la plus grande partie de 2020, les grands voyageurs n’ont pas pu rapporter de cartouches très bon marché achetées en duty free. En 2020, les buralistes français ont ainsi récupéré une bonne partie des clients qu’ils ne voyaient plus ou pas souvent.

« Rapporté à leur nombre estimé en France -ils sont 14 millions dont plus de 10 millions à griller au moins une cigarette par jour- la contribution financière moyenne d’un fumeur représente 1 285 euros. Et un accro au tabac (un paquet quotidien acheté chez le buraliste) a apporté, en 2020, plus de 3 000 euros aux budgets de l’État et de l’assurance maladie.

« Mais, bien que record, cette contribution est loin de couvrir le coût du tabagisme pour la collectivité (…) »