Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Juin 2021 | Profession
 

Bruno Bich, fils du fondateur de la société française connue pour ses stylos, briquets et rasoirs, et ancien PDG de l’entreprise, est mort, dimanche, à l’âge de 74 ans, a annoncé Bic dans un communiqué. Il a consacré́ toute sa vie professionnelle au groupe Bic, dont il a été PDG de 1993 à 2006 (voir 29 mai 2016). 

Bruno avait reçu en héritage le développement du groupe familial fondé en 1945, qui fabriquait à ses débuts des pièces détachées de stylos-plumes et de porte-mines. C’est en récupérant en 1950 le brevet du désormais célèbre stylo-bille que l’entreprise connaît un essor mondial depuis son fief de la banlieue parisienne.

•• C’est à Clichy qu’a été lancé le Bic Cristal, le premier stylo du groupe, vendu aujourd’hui à plus de 100 milliards d’exemplaires. C’est toujours dans cette commune qu’est installé le siège social du groupe. Après les stylos, Bic lance ensuite des briquets de poche et des rasoirs jetables, ce qui en fait aujourd’hui un des leaders mondiaux des biens de grande consommation.

•• L’Amérique du Nord est son premier marché, devant l’Europe. C’est à Bruno Bich que l’on doit cette forte présence outre-Atlantique. « Entré en 1975 au marketing de la filiale américaine, Bruno Bich s’est distingué en lançant avec succès, contre l’avis de son père, les stylos roller », raconte, dans Les Échos, le spécialiste de l’histoire des entreprises Tristan Gaston-Breton.

En 1992, alors président de Bic Amérique, « il obtient en un an les meilleurs résultats du groupe » poursuit l’historien. Ce qui conduit à l’année suivante, en 1993, à sa nomination à la direction du groupe.

•• « Mon père était un industriel avant tout. Je suis plus un homme de marketing » déclarait-il en 1996. Ce patron proche de ses salariés a aussi été à l’origine de grandes acquisitions, comme la marque Tipp-Ex, leader en Europe des produits de correction en 1997.

Bruno Bich, père de trois enfants, était aussi passionné d’art et de voile. Et il s’est investi « tout au long de sa vie en faveur de la jeunesse », car il croyait tout particulièrement à la vertu de l’éducation