Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Jan 2019 | International, Profession
 

La Belgique s’apprête à rejoindre le petit groupe des pays ayant adopté le paquet neutre (voir Lmdt du 23 janvier).

•• En principe, ce paquet neutre y sera en vigueur à partir de janvier prochain (voir Lmdt du 14 novembre 2018). Et les détaillants ne pourront pas faire reprendre leurs anciens paquets comme cela s’était passé pour la France.

Sachant qu’en Belgique, l’on peut trouver du tabac dans tout sortes de commerce : de la grande distribution (voir Lmdt des 23 mai et 8 mars 2018) à certains points de vente alimentaires.

Il n’empêche qu’un réseau particulièrement dynamique d’indépendants s’organise dans un véritable esprit réseau : ce sont les détaillants de tabac/diffuseurs de presse regroupés dans les associations professionnelles Prodipresse (zone wallonne) et Perstablo (zone flamande).

•• D’ailleurs, le président de Prodipresse, Xavier Derville (voir Lmdt des 8 septembre et 25 juin 2018) s’est déplacé la semaine dernière à Paris pour rencontrer Philippe Coy, Sophie Lejeune (secrétaire générale) et Patrick Falewée (vice-président de la Confédération) pour un échange de vues qui se sont révélées très convergentes.

•• Dans un récent numéro du magazine de Prodipresse, Xavier Derville expose les demandes de son organisation au gouvernement, à l’occasion de l’arrivée du paquet neutre.

Propositions qui sont actuellement développés dans un mémorandum adressé aux autorités. « Elles sont au nombre de trois :

• « La première est une réduction du nombre de points de vente qui vendent du tabac en Belgique. Nous en avons tellement en Belgique que leur nombre est quasiment aussi élevé que sur l’ensemble du territoire français. C’est d’ailleurs une des mesures préconisées par l’OMS pour lutter contre le tabagisme.

« La seconde est une législation claire sur les nouvelles technologies (e-cigarettes et tabac à chauffer).

« La troisième est que nous devons être le réseau responsable et réfèrent pour la vente de produits « non-libres » (jeux, tabac, alcool) et qu’un plan santé cohérent soit mis place. »