Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

200 000 euros : c’est la somme que va demander le gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale à l’industrie du tabac pour « compenser l’argent public dépensé pour lutter contre la pollution des mégots de cigarettes dans la rue », a annoncé la presse belge, ce vendredi 5 octobre.

Toujours selon les médias, la secrétaire d’État à la Propreté de la région, Fadila Laanan (PS), va envoyer, dès la semaine prochaine, un courrier dans ce sens à Cimabel, l’association des fabricants (voir Lmdt du 11 janvier 2017).

•• « Notre objectif est de faire contribuer les fabricants de cigarettes aux actions que nous menons » a indiqué Fadila Laanan en faisant référence aux investissements menés en matière de propreté et de sensibilisation des fumeurs.

La région souhaite notamment, à titre d’exemple, pouvoir distribuer gratuitement 12 000 cendriers portables lors du célèbre festival de musique « Couleur Café » qui se tient fin juin. Mais elle aurait aussi prévu de lancer des appels à projets, précise la RTBF ce samedi 6 octobre.

•• Une fois n’est pas coutume. La région de Bruxelles-Capital se serait inspirée d’un exemple venant de Flandre : où l’industrie du tabac a déjà financé un millier de « dalles à cigarettes », s’incrustant dans les trottoirs et qui permettent aux fumeurs d’y jeter leurs mégots.

Une opération qui ne pourrait se dérouler en France, dans le cadre de la réglementation actuelle (ndlr).