Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

On sait que le tabac est vendu par différents canaux en Belgique. Mais le plus visible est celui des « librairies / presse » dont les représentants syndicaux – Xavier Deville pour Prodipresse (voir Lmdt du 25 juin) et Yannick Gyssens pour Perstablo – ont immédiatement réagi à l’annonce d’hier soir, sur la décision gouvernementale pour la mise en place du paquet neutre (voir Lmdt du 7 septembre), par le communiqué suivant.

(NB : l’Open VLD est le parti libéral flamand, membre de la coalition gouvernementale, qui, manifestement, a fait basculer la décision).

« Prodipresse et Perstablo, les deux organisations professionnelles francophone et néerlandophone des libraires/presse en Belgique, constatent via la presse aujourd’hui que l’Open VLD et le Gouvernement ont pris la décision d’implémenter le paquet neutre en Belgique.

« De nouveau, sans concertation avec les organisations professionnelles des libraires/presse, le gouvernement implémente une mesure de santé qui, hormis son côté emblématique, ne changera en rien le comportement des fumeurs et risque une nouvelle fois de s’avérer inefficace.

« Les études menées en France sont loin d’être concluantes sur l’efficacité du paquet neutre dans la prévalence du tabagisme. La ministre de la Santé s’appuie sur des éléments d’enquêtes dont on ne connaît pas les sources, avec de nombreuses incohérences aux niveaux des dates et des informations partielles. De l’aveu même d’un responsable du SPF Santé, cette mesure n’aura d’impact que si elle est prise avec d’autres mesures en parallèle.

« Xavier Deville, président de Prodipresse, et Yannick Gyssens, président de Perstablo, se demandent donc si : « Le Gouvernement a-t-il prévu un vrai plan de santé globale et des mesures compensatoires pour les libraires/presse belges ou désire-t-il que nous fermions encore plus rapidement nos commerces ? ». Ils continuent par « c’est certain, tous les libraires du pays se verront fortement impactés avec un minimum de trente minutes à une heure de travail en plus des douze habituelles tous les jours. J’espère que nous ne serons pas oubliés et que des mesures compensatoires seront prises conformément à la motion du parlement nous concernant. »