Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Mai 2019 | International, Profession
 

Scandale … Sur la page d’accueil du site de l’Opéra Royal de Wallonie à Liège, aux côtés de partenaires comme la Loterie nationale, des collectivités locales et des médias, figurait JTI (Japan Tobacco International). 

Il n’en fallait pas plus pour le quotidien Le Soir, ce lundi 6 mai, qui a dénoncé dans un article – intitulé « L’opéra de Liège illégalement financé par l’argent sale du tabac » – le non-respect de la loi de 1977 sur la protection de la santé.

•• Le cabinet de la ministre fédérale de la Santé publique, la pittoresque Maggie De Block ( voir Lmdt des 2 novembre et 18 juin 2018 ), ne pouvait que vivement réagir pour confirmer  l’illégalité du sponsoring : « Comme pour toute infraction de ce type, nous avons chargé les services d’inspection du SPF Santé publique de prendre les mesures nécessaires ».

•• Autre réaction émue, celle de la ministre wallonne de la Santé publique, Alda Greoli : « je m’étonne de ce choix et j’en appelle vraiment à la responsabilité et à l’éthique des administrateurs de l’opéra » (…) « le choix des sponsors est de leur ressort », mais la loi fédérale et surtout les principes éthiques doivent être respectés, invoque la ministre.

•• Anecdote :  cette présence de JTI, pour laquelle certains ont soulevé la polémique, a été repérée « presque par hasard » par un groupe d’activistes et d’artistes engagés. Lesquels se retrouvent au sein de « Fossil Free Culture Belgium » dont l’objet apparent est de mettre fin au mécénat des institutions culturelles par des entreprises pétrolières.

Lesquelles sont systématiquement accusées, par ces activistes, d’y trouver une manière d’améliorer leur image. Ce qui en soit est, à leurs yeux, un scandale … Il n’y a pas que le tabac à être victimes de certaines démarches aussi excessives que ridicules.

•• Reste que Prométhéa – la principale association belge de mécénat d’entreprises, notamment pour l’Opéra de Liège – a répliqué à cette campagne médiatico-politique par un communiqué : « le reproche qui est fait semble, selon notre compréhension de la loi, injustifié. À notre sens, la loi de 1977 vise la promotion des produits du tabac et non pas celui du nom d’une entreprise : nous parlons ici de JTI et non pas des produits qu’elle commercialise, qui sont vendus sous des marques ne rappelant en rien le nom de l’entreprise. 

« C’est donc en toute bonne foi que Prométhéa a accompagné l’Opéra de Liège dans la mise en place d’un mécénat avec la société JTI. Il s’agit bel et bien d’un mécénat dont les retours en image ne portent que sur le nom de l’entreprise JTI, que le grand public n’associe par ailleurs pas à des marques spécifiques. »