Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Fév 2018 | International, Profession
 

British American Tobacco a annoncé, ce jeudi 22 février, que son bénéfice net avait été multiplié par huit en 2017 du fait d’un effet comptable favorable lié à l’acquisition de l’américain Reynolds.

Le propriétaire entre autres des marques Lucky Strike, Dunhill, Kent et Rothmans a dégagé un bénéfice net de 37,5 milliards de livres (42,5 milliards d’euros), contre 4,6 milliards de livres en 2016.

•• BAT a bouclé fin juillet l’acquisition des 57,8 % du capital de Reynolds American qu’il ne possédait pas encore pour 49,4 milliards de dollars (40 milliards d’euros), Reynolds étant détenteur aux USA des Camel et Newport (voir Lmdt des 24 et 20 juillet 2017). Cet achat a entraîné un effet comptable positif exceptionnel de 23,3 milliards de livres, dû au fait que BAT s’est formellement défait d’une participation minoritaire pour intégrer dans ses comptes la totalité des revenus de sa nouvelle filiale à 100 %.

Cette opération a constitué la plus importante consolidation dans le secteur depuis le rachat par Reynolds de son compatriote Lorillard en 2016 à hauteur de 27 milliards de dollars. BAT est devenue la première entreprise cotée de tabac au monde en termes de chiffre d’affaires et de bénéfice opérationnel.

Le groupe a consolidé en outre sa troisième place mondiale derrière le mastodonte d’État China National Tobacco Corporation et Philip Morris International, qui vend les Marlboro en dehors des États-Unis ainsi que les L&M et les Chesterfield.

•• Sur le plan des résultats, cette acquisition a aussi permis au groupe de voir bondir de 37,6 % son chiffre d’affaires, à 20,3 milliards de livres (23 milliards d’euros).

Mais sur le fond pourtant, l’activité du groupe a souffert de la baisse structurelle de consommation de tabac, enregistrant un repli de 2,6 % de son volume de cigarettes vendues à périmètre égal.

•• Le groupe a toutefois insisté sur sa croissance rapide dans le domaine des « produits de nouvelle génération », qui comprennent notamment la cigarette électronique, un secteur où BAT est devenu leader mondial à la faveur de son achat de Reynolds. BAT a souligné que son chiffre d’affaires en année pleine dans ce domaine pourrait doubler en 2018 d’une année sur l’autre, pour atteindre pour la première fois un milliard de livres.

•• Son bénéfice opérationnel ajusté a grimpé in fine de 3,7 % à périmètre et taux de change constants, pour atteindre 5,9 milliards de livres.

Commentant ces résultats, Mike van Dulken, analyste chez Accendo Markets, a souligné que « la baisse des volumes constitue un problème à moins que vous puissiez continuer d’augmenter les prix ». « Les commentaires du cigarettier sur l’environnement difficile font aussi mal aux dents des investisseurs », a-t-il ajouté à l’AFP.

L’action British American Tobacco cédait 4,25 % à 4.261 pence vers 09H45 GMT à la Bourse de Londres, dans un marché où l’indice vedette cédait environ 1 %.