Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Mar 2018 | Trafic
 

Dans son édition du 16 mars, Le Parisien emploie une pleine page pour présenter « ces indétrônables vendeurs à la sauvette, qui dérangent les riverains, inquiètent encore plus les buralistes depuis la dernière augmentation de prix » (voir Lmdt des 27 août 2017 et 9 octobre 2016). Extraits significatifs.

« Sur les trottoirs où officient plus d’une centaine de jeunes revendeurs rémunérés une misère par les réseaux, les paquets importés illégalement d’Algérie, du Sénégal, d’Ukraine sont cédés sous le manteau 4 ou 5 euros (…)

« Un client intéressé ? Les vendeurs s’empressent d’aller chercher la marchandise cachée non loin, sous les poutrelles métalliques du métro aérien ou les trappes d’aération des immeubles. Le gros des produits de contrebande, lui, est entreposé dans des box, des appartements du quartier : dès qu’il y a rupture de stock – détaille une source policière – ils viennent se réapprovisionner, de sorte qu’on ne les interpelle quasiment jamais avec de grosses quantités de tabac sur eux (…)

•• Depuis un peu plus d’un an, gênés par les opérations coup de poing au pied du métro de Barbès, des dizaines de vendeurs ont migré quelques centaines de mètres plus loin, place de La Chapelle, où se multiplient les incidents violents.

Certains buralistes affirment payer un lourd tribut à la situation : « ils nous narguent carrément », affirme l’un d’eux. « Et avec la dernière augmentation, il est évident que les clients les plus démunis vont être tentés par la contrebande … Les gens ne sont pas riches, dans le quartier » (…)

•• La préfecture de police, elle, avance plus de 400 procédures ces derniers mois et la saisie de près de 1 800 paquets, au fil des opérations, mais le marché est si juteux que la tâche promet d’être ardue …

•• En complément de cet article, Philippe Coy a livré au Parisien ses commentaires :

sur le phénomène de contrebande : « C’est un véritable fléau ! Les ventes de contrebande sur les trottoirs sont la partie émergée de l’iceberg d’un marché parallèle qui ne fait que s’amplifier. Aujourd’hui, les professionnels du secteur et l’industrie du tabac sont frappés de plein fouet. »

sur les solutions à mettre en place : « … Une combinaison de plusieurs choses : surveiller le transport de tabac d’un pays à l’autre de l’Union européenne, harmoniser le prix des cigarettes pour faire chuter le trafic, relever les sanctions contre les contrevenants et veiller à leur application. Mais aussi, responsabiliser les consommateurs, en les informant, et pourquoi pas, en les sanctionnant. »