Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Déc 2019 | Profession
 

Pour la première fois en six ans, le marché de la bière en France devrait marquer le pas cette année. « Les volumes de ventes seront stables » prévoit dans Les Échos (édition 6 décembre), Pascal Sabrié, président d’Heineken France, « après avoir augmenté de + 3 % par an depuis 2012-2013 ».

En valeur, les ventes de canettes, de bouteilles et de fûts devraient néanmoins encore progresser de 3 à 4 % … surtout en grandes surfaces. « Nous avons toutes les raisons d’être optimistes pour 2020 en raison notamment de l’Euro de football » explique le patron du leader sur le marché hexagonal.

•• Il s’estime même en position de gagner des points sur le segment haut de gamme grâce à des marques comme Affligem ou Desperados. Le groupe estime entre 8 et 9 % la progression de Desperados en volume et de 13 à 14 % en valeur. « Nous vendons la marque Affligem 20 % voire 25 % plus cher que le marché » précise-t-il.

•• Les bières artisanales (« craft »), regroupées par Heineken sous la bannière « beer factory », se sont avérées être un bon choix commercial. C’est le cas de « Lagunitas » (dont les volumes ont doublé aux États-Unis et qui a été lancée récemment sur le marché français), de la bière belge « Mort subite » à fermentation spontanée ou encore d’« Hapkin », une Belge des Flandres.

« Le marché des craft est extrêmement actif. Chaque jour qui passe voit apparaître une nouvelle venue » pointe Pascal Sabrié. En septembre, Heineken a pris une participation minoritaire dans la première craft parisienne, Gallia (voir 8 septembre).

Heineken multiplie, d’ailleurs, les prises de participation dans les craft, « un de ses principaux axes de développement ». Troisième sur ce segment en France il a l’ambition de monter sur la première marche. Pour l’instant, le craft ne pèse que 5% des volumes du brasseur en France.

•• La bière sans alcool est un autre axe stratégique de Heineken. « Le zéro zéro est particulièrement dynamique » souligne le dirigeant. Les ventes ont fait un bond de 30 % en deux ans. Affligem double zéro a vu ses volumes augmenter de 50 % sur la période. Heineken « travaille d’arrache-pied à de prochains lancements en 2020. Ce sera un des segments les plus bataillés » prévient Pascal Sabrié.