Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Jan 2020 | Profession
 

Depuis ce 1er janvier, le chauffage des terrasses est interdit sur le territoire de la commune, suite à une décision de la municipalité rennaise (voir 3 décembre 2019).

Mesure prise non pas pour chasser les fumeurs – du moins, à priori – mais en fonction de raisons environnementales, au nom de la « transition écologique et environnementale » comme il se doit.

Avec un argument réducteur qui se veut imparable : « comment expliquer qu’un appareil de 2 000 watts chauffe la rue ? » (on peut aussi se poser la question : comment expliquer qu’un établissement cherche à accueillir ses clients, fumeurs ou non-fumeurs, dans les conditions de détente les plus confortables ? ndlr).

•• Quoiqu’il en soit, cette restriction est soutenue avec enthousiasme par l’UMIH (Union des Métiers et de l’Industrie hôtelière) locale qui souligne que les « les terrasses sont pleines l’hiver et les salles vides » et qu’il y aura « transfert ». À voir avec le temps.

•• À Bordeaux, l’AFP nous apprend que la municipalité va entamer une concertation avec les commerçants. Même si elle est opposée à une « interdiction drastique » dans une ville où des établissements ont mal vécu les débordements des « Gilets jaunes », Maribelle Bernard, adjointe chargée du commerce, estime que les consommateurs sont de plus en plus soucieux de « protéger la planète ». À voir.

•• À Lille, Jacques Richir, maire-adjoint, parle de nécessaire « sobriété énergétique » mais juge pertinent de « prendre le temps nécessaire ». Et d’expliquer que le centre de Lille accueille une trentaine d’établissements « avec des terrasses chauffées importantes » dont beaucoup « ont bâti leur équilibre économique sur ces terrasses » en y réalisant parfois plus de 50 % de leur chiffre d’affaires.

•• À Paris, les écologistes ont déposé une proposition d’interdiction des terrasses chauffées en conseil municipal (voir 12 décembre 2019). En vain, pour le moment.

Le Conseil de Paris ayant préféré « réaliser un bilan du règlement des terrasses de Paris, et à l’issue, de lancer une concertation en 2020-2021 pour aboutir à la révision de ce règlement ». Attendre pour voir.