Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Nov 2018 | Observatoire
 

C’est une tendance de fond. La consommation d’alcool en France diminue chaque année.

Mais ce qui est nouveau – selon le Baromètre 2018 de la consommation des boissons alcoolisées élaboré par l’association Avec Modération (ex-Entreprise & Prévention) – c’est l’accélération de cette baisse et le recul des dépenses affectées par les ménages à ce poste.

En l’espace d’un an, les achats d’alcool des ménages ont régressé de 1 litre, alors qu’ils n’avaient diminué que de 5 litres au cours des dix années précédentes, indique l’enquête réalisée par Kantar Worldpanel.

•• Plus significative, l’évolution du budget consacré à l’achat d’alcool : il a baissé de 5 euros, après neuf années de hausse régulière, suivies d’une année palier. Le budget annuel consacré aux achats de boissons alcoolisées se monte à 325 euros en 2017, soit 5 euros de moins qu’en 2016, mais 24 euros de plus qu’il y a dix ans.

Si le panier moyen reste stable à 13 euros, la fréquence des achats s’établit à 25 occasions dans l’année, « son plus bas niveau historique », souligne l’association Avec Modération. Le phénomène de montée en gamme, observé ces dernières années – « moins et mieux » – est donc toujours d’actualité. Une analyse partagée par Pernod Ricard et Rémy Cointreau, qui soulignent que cette tendance est mondiale.

•• Dans les cafés, hôtels, restaurants (CHR), la part des clients commandant une boisson alcoolisée est en baisse de 1,3 % ( à 44 % en 2017 ) alors même que la fréquentation touristique (notamment française) a repris.

La fréquentation des CHR a gagné 1 % en 2017, selon le panel CREST de NPD Group. Mais moins d’un client sur deux commande une boisson alcoolisée dans un café ou un restaurant.

•• S’agissant de la fréquence de consommation, une étude de l’Ifop, réalisée depuis 2010, montre que la majorité des Français, âgés de plus de 18 ans, consomment des boissons alcoolisées moins d’une fois par semaine. Et 19 % jamais. La consommation quotidienne ne concerne qu’un Français sur dix.

•• L’âge et le sexe restent les principaux facteurs de différenciation. Les hommes de 60 à 70 ans sont trois fois plus nombreux que les femmes et six fois plus que les 18-25 ans à boire quotidiennement de l’alcool.

A contrario, l’abstinence, en hausse, est davantage le fait des femmes et des jeunes. C’est le cas pour une femme sur quatre et d’un jeune sur cinq, alors que cela ne concerne qu’un homme sur dix.