Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Déc 2019 | Observatoire
 

Plus de 80 % des Français déclarent boire du vin, contre 72 % pour la bière et 70 % pour les spiritueux. Et si les jeunes de moins de 35 ans sont moins nombreux à en prendre, 76 % d’entre eux déclarent encore en consommer, dont un tiers toutes les semaines.

Autre enseignement de l’enquête réalisée pour la deuxième édition de « Wine Paris » du 10 au 12 février prochain : toutes les catégories d’âge estiment que le vin « est un fondamental de l’expérience au restaurant » et que « la qualité du vin joue un rôle majeur dans la réussite d’un repas à l’extérieur ».

•• La France compte 175 000 restaurants – brasseries et près de 30 % des Français y vont de une à trois fois par mois. « Le vin assure en effet 21 % de son chiffre d’affaires à la restauration », selon Opinionway. Mais dans certains cas, c’est nettement plus : 50 %, voire 55 % ».

Globalement, comme c’est le cas pour l’alimentation, les Français consomment moins, mais mieux. Ce qui explique, en partie, l’essor du vin au verre. La répression de l’alcool au volant joue un rôle dans ce sens aussi. Tout comme les préoccupations de santé. Mais le prix, qui est le premier facteur de choix, limite également les excès.

Au verre, le prix atteint 9,10 euros, soit 17 % de plus qu’en province. La surfacturation se retrouve aussi dans les restaurants de chaînes mais dans une proportion moindre. A 20,30 euros la bouteille, la différence est de 7 %, tandis que le verre est proposé à 5,40 euros, à 6 % plus cher. Dans les bistrots de quartier, la bouteille monte à 22,50 euros en moyenne, le verre à 6,30 euros, soit des surfacturations respectives de 15 % et 17 %.

•• Les moments de consommation aussi évoluent.  Plus de la moitié de Français (51 %) déclarent « boire plus souvent du vin à l’apéritif qu’il y a quelques années ». Dans le cas des femmes, la proportion est même de 57 %.

La préférence à l’apéritif va au vin blanc ou au rosé, ainsi qu’aux vins fruités pour les moins de 35 ans, devant les moelleux. Les effervescents, comme le Champagne, viennent en dernier. D’une manière générale, les Français (83 %) privilégient les vins locaux au restaurant. C’est l’occasion de les découvrir. (Voir aussi 21 août).