Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Sep 2020 | Profession
 

Le groupe néerlandais – deuxième brasseur mondial avec près de 300 marques de bières – accuse un recul de près de 20 % de son chiffre d’affaires selon ses résultats semestriels publiés ce lundi 3 août. Comme cela pouvait être prévu (voir 5 août). 

Les « skypéro » et autres festivités de confinés n’auront donc pas suffi …

•• Selon le président du conseil d’administration et directeur général d’Heineken, Dolf Van den Brink, « l’impact de la pandémie s’est aggravé au deuxième trimestre », et s’est traduit par une baisse de volume de -19,4 %.

Après une forte baisse en avril, la production a commencé à se rétablir progressivement en juin, avec la levée du confinement et la reconstitution des stocks. Au total, sur six mois, la baisse est de -11,5 %.

•• Tout n’est pas sombre pour autant.  Le géant de la bière a annoncé une forte accélération de sa numérisation lors du confinement. Sa plateforme de e-commerce a attiré trois millions de visiteurs en six mois, dont la moitié de nouveaux consommateurs.

La version mexicaine « Six 2 Go » a enregistré dix fois plus de commandes sur le premier semestre 2020 que sur l’ensemble de l’année précédente, par exemple.

•• Mais surtout, faute de bars ouverts, les amateurs de mousse ont investi dans des systèmes de tireuses à bières à domicile. Leurs ventes ont plus que doublé pendant le confinement. Cela pourrait désormais générer une nouvelle source de revenus récurrents.

Reste que le brasseur, qui reste mono-produit, s’est trouvé plus exposé à la crise sanitaire que les groupes agro-alimentaires dépendant moins de la restauration et étant souvent plus diversifié.