Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Jan 2018 | Trafic
 

Un an après une inspection de la Douane qui s’est soldée par une fermeture administrative pour plusieurs infractions, le jeune Congolais patron d’un bar à chicha d’Évreux-Nétreville (Eure) a dû se présenter devant le tribunal, la semaine dernière. 

•• L’inculpé avait créé une société, au nom de sa compagne, ayant pour objet un … salon de thé. Mais les inspecteurs se sont rapidement avisés que les consommateurs y fumaient surtout la chicha à l’intérieur d’un bar servant à profusion du champagne.

Lors de la visite inopinée d’un contrôleur, la salle était entièrement enfumée, sans le moindre espace aménagé.

•• S’ajoutèrent à ce constat l’absence de bulletins de paie pour les employés, de déclarations auprès des organismes sociaux, de carnet de revente tabac (sans achats listés auprès d’un buraliste le plus proche). Quant à la comptabilité, il n’y en avait aucune. La totale.

•• Au tribunal, la Douane a réclamé le paiement des taxes dues sur l’équivalent de 24 kilos de tabac. Sur lesquels ont été obtenus 5 071 euros (avec l’obligation de régler pendant la mise à l’épreuve).

Concernant les autres faits, dont le trafic de stupéfiants – sujet sur lequel le « jeune patron » était déjà connu pour une condamnation aux assises, puis pour conduite sous stupéfiants – la peine a été de quatre mois … avec sursis, doublée d’une contravention de 500 euros.