Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Le projet, annoncé dans leur accord électoral, de la nouvelle coalition gouvernementale (entre le Parti populaire autrichien et le Parti de la Liberté) de maintenir des zones fumeurs dans les bars et restaurants (voir Lmdt du 12 décembre) fait face à une prévisible levée de boucliers.

•• Les anti-tabac annoncent, dans tous les médias, que le « recul » du nouvel exécutif n’est peut-être pas en conformité avec les règlements communautaires.

Le Commissaire européen à la santé, le lituanien Vytenis Andriukaitis, serait, paraît-il, invité à se prononcer sur le sujet dans les semaines à venir.

•• Mobilisés pour la circonstance, certains milieux médicaux se disent « choqués » et veulent entrer en « résistance ».  Une pétition lancée sur Internet contre les « zones fumeurs » a recueilli un peu plus de 400 000 signatures (le pays compte 8,7 millions d’habitants). Son objet : exiger du gouvernement un référendum sur la question.

•• Ce qui soulève deux paradoxes.

• Le très à droite FPÖ (Parti de la liberté) qui a demandé la liberté de maintenir des zones fumeurs aménagées dans certains établissements, lors des négociations pour la constitution de la coalition, milite aussi pour plus de démocratie directe sur le modèle de la Suisse. L’idée du référendum pourrait donc prospérer.

• Les promoteurs actuels du référendum, en revanche, avaient oublié de penser au référendum quand il s’était agi de programmer l’interdiction des zones fumeurs.