Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
2 Mar 2018 | Profession
 

De retour du séminaire des présidents (voir Lmdt du 27 février), Odile Le Ny – président de la chambre syndicale des buralistes des Côtes-d’Armor et buraliste à Lamballe – a insisté, dans Ouest France du 1er mars, sur l’évolution du réseau face aux augmentations de prix du tabac programmées (voir Lmdt du 28 février).

•• « Cette augmentation est une grande marche à franchir (…) Une telle majoration n’avait pas eu lieu depuis 2003. C’est un choc économique pour le réseau des buralistes.

« Soit le consommateur va chercher à acheter un produit moins cher, soit le client va arrêter de fumer. On craint une baisse de clientèle. Dans ce sens, il va falloir transformer le métier.

•• « Il faut trouver d’autres produits à vendre. Chaque année, 10 millions de clients entrent dans les tabacs presse français, la moitié n’achète pas de cigarettes. On propose déjà les timbres-poste, les timbres fiscaux dématérialisés, les cartes téléphoniques, la presse, la Française des jeux … La vente de cigarettes électroniques se développe chez les buralistes. Nous devons mettre en avant davantage de produits locaux.

•• « Nous sommes des commerces de proximité. Notre région est plutôt rurale. Cette transformation du métier doit aussi tenir compte du magasin, de son implantation … Certains deviennent des relais poste. C’est également une solution alternative. Le Compte Nickel fonctionne bien (…) La transformation des buralistes est enclenchée. Il faut continuer à réfléchir et à s’adapter ».