Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Mar 2018 | Profession
 

À Caen, les buralistes n’ont pas, pour le moment, ressenti de baisse d’activité depuis la hausse du 1er mars. Les boutiques spécialisées d’e-cigarettes, elles, constatent une certaine affluence depuis dix jours. Reportage de Ouest-France.

•• Pour Philippe, rien à signaler depuis dix jours : « les gens râlent, disent qu’ils vont arrêter. C’est quelque chose qu’on entend souvent mais ils continuent à acheter les paquets. On attend les prochains mois pour voir si le chiffre d’affaires a baissé, mais ça risque de faire mal. »

Pour Olivier, il est encore trop tôt pour quantifier l’impact de cette augmentation du prix du tabac : « nous sommes encore en pleine période de vacances scolaires, c’est donc difficile de donner des chiffres. Mais, il est vrai qu’à chaque augmentation, nous perdons du chiffre d’affaires. Pour des raisons économiques, les gens préfèrent se tourner vers des moyens de substitutions comme la vapoteuse. »

« Aujourd’hui, de nombreuses personnes s’organisent pour aller en Belgique ou au Luxembourg, acheter leur tabac, beaucoup moins cher qu’ici » ajoute-t-il.

•• Côté boutiques spécialisées en cigarettes électroniques, ce serait le « boum » depuis le début du mois. « On a remarqué que de plus en plus de personnes se tournent vers la cigarette électronique. On a une hausse de fréquentation d’environ 10 à 15 % », poursuit une vendeuse chez Smoke’In.

Au Petit Vapoteur, même constat : « on n’arrête pas. C’est un peu la folie.  Sur le début du mois, on a eu une hausse de 20 % sur le chiffre d’affaires par rapport au mois précédent ». Dans la boutique Caennaise, ça ne désemplit pas. Certains clients attendent dehors pour pouvoir entrer dans la boutique : « entre le 1er et le 7 mars, on a eu 1 304 ventes d’effectuées. En moyenne, nous tournons à 215 clients par jour. »

La cigarette électronique reste « un investissement de base important … mais à long terme », souligne une vendeuse chez Clopinette.

•• Témoignages de vapoteurs. Roger, 65 ans, qui fumait depuis ses 18 ans, s’est converti Il y a deux ans : « je fumais deux paquets par jour. Il m’est arrivé de dépenser jusqu’à 500 euros par mois pour mes cigarettes. Aujourd’hui, mon budget avec la cigarette électronique est de 40 à 50 euros par mois. ».

Cassandra, 34 ans, a longuement hésité avant d’acheter sa vapoteuse mais s’est laissée tenter dès le 2 mars : « avec les paquets de cigarettes à plus de 8 euros et le tabac à rouler qui arrive à 10 euros, c’est beaucoup plus rentable d’acheter une cigarette électronique. Mais est-ce qu’à la longue ça ne va pas me manquer… Ça reste à voir… ».