Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
1 Mar 2018 | Profession
 

Extraits des nombreuses déclarations sur l’augmentation du prix de ce matin (voir Lmdt de ce jour). Sans surprises.

•• Gérard Vidal (vice-président de la Confédération) dans La Dépêche du Midi : « Nos clients fumeurs vont chercher un autre moyen de se fournir, là où les prix seront plus bas que dans le réseau légal des buralistes (…)

« On nous a confié le monopole de la vente du tabac pour appliquer une réglementation très stricte. Ce monopole va passer à la rue ! Oui, il faut une politique de santé, mais à l’échelle européenne.

« J’ai peur pour tous mes collègues car je crains que, dans une semaine, on connaisse encore une chute des ventes officielles du tabac de 10 % ! (…) Je leur dis, à ces collègues : le métier doit se transformer (…) il faut offrir de nouveaux services aux clients, qu’ils ne trouvent pas encore chez nous aujourd’hui.

« Mais, en même temps, j’en appelle au président de la République. Il faut réduire les écarts de prix du paquet de cigarettes à 1 euro maximum entre pays voisins ».

•• Yves Martinet, dans le communiqué du Comité national contre le Tabagisme : « (…) Le CNCT soutient pleinement cette politique fiscale courageuse (…)

« Il n’existe pas une solution miracle pour réduire la consommation de tabac. Cependant une politique fiscale de hausses significatives et répétées, accompagnées d’un panel d’autres mesures de prévention, d’aide à l’arrêt et d’un effort constant pour « débanaliser » la consommation de tabac et le lobby qui lui est associé sont très efficaces (…) »

•• Gérard Audureau (Droit des Non-Fumeurs) sur RMC : « La seule vraie manière immédiate et efficace, c’est une forte augmentation des prix. On est arrivé à l’échéance.

« Aujourd’hui, il faut sortir 8 euros et les fumeurs vont se dire « non », sachant que dans un an, il y a la même chose. Et six mois après et six mois après encore …

« Il est impossible que ne se produise pas une baisse de la consommation dès le premier mois ».