Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Jan 2018 | Profession
 

Les deux spécialistes du maniement de terminal de paiement – qui ont escroqué une dizaine de buralistes à hauteur de 11 000 euros (voir Lmdt du 16 décembre 2017) – comparaissaient cette semaine devant le tribunal correctionnel de Toulouse. 

Le « cerveau » – trentenaire et 18 mentions au casier judiciaire – a été condamné à 20 mois de prison avec maintien en détention et son « accompagnateur » à six mois.

Le cerveau s’est voulu prolixe, à sa façon, sur les secrets de son savoir-faire : « je retire discrètement la carte du terminal bancaire. Puis, par une manipulation j’obtiens la réédition du ticket de carte précédent. Le commerçant ne voit rien et je repars avec la marchandise sans payer … »

Poursuivis pour onze escroqueries, dix concernaient des buralistes roulés par une variante, là encore présentée à sa façon : « j’ouvre un compte Nickel au nom d’un tiers sur lequel je dépose une somme, une sorte d’investissement. Après je parie et je réalise un premier paiement. C’est le seul qui est réel. Puis je prétexte être plafonné pour effectuer une manipulation et éditer des duplicatas. Je joue sur les matchs de tennis et je parie sur les deux joueurs pour être sûr de gagner » (sic).

Quant au complice, âgé de 34 ans et 12 mentions au casier, il a participé à cinq escroqueries : « j’avais une dette de poker. Je conduisais mon ami et faisais acte de présence contre une petite partie des bénéfices … ».

Les commerçants parties civiles ont obtenu, au total, plus de 11 000 euros de dommage et intérêts.