Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Avr 2018 | Profession
 

Deux questions écrites déposées, ce 24 avril, sur le bureau de l’Assemblée nationale touchent aux enjeux connus actuellement par les buralistes. Et témoignent aussi de la perception des réalités du métier par certains parlementaires. 

•• Maurice Leroy (UDI, Loir-et-Cher) s’appuie sur les derniers chiffres des livraisons de mars pour souligner que les mesures du protocole d’accord « sur la transformation du réseau des buralistes » le 2 février dernier sont « encourageants mais insuffisantes ».

Le député demande au ministre de l’Action et des Comptes publics s’il compte soutenir les mesures complémentaires suivantes : « moratoire sur les contrôles de mise aux normes ; le remboursement à l’euro près des stocks de tabacs retournés,  à la suite de changements décidées par les pouvoirs publics ; la non-avance par les buralistes du montant des augmentations avant la vente de l’ancien stock ; l’aide à la trésorerie par une réduction des charges, afin que les buralistes puissent augmenter leurs marges ».

•• Pascale Boyer (La République en Marche, Hautes-Alpes) demande au même ministre si « ses services disposent d’une étude approfondie des perspectives d’évolution des revenus des buralistes sur les prochaines années et sur les éventuelles mesures de compensation de pertes de revenus envisageables.

« Par ailleurs, elle l’interroge sur les perspectives d’harmonisation du prix du tabac au sein de l’Union européenne afin de limiter les risques de la concurrence européenne sur les territoires frontaliers ».