Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Mar 2019 | Profession
 

Le jour de l’augmentation des prix des produits du tabac, le 1er mars, Jeanne Pollès, présidente de Philip Morris France, était « l’invité éco » d’Emmanuel Duteil sur Europe 1. Revenons sur l’essentiel de ses propos.

•• La politique fiscale

« L’augmentation des prix est le reflet de l’approche assez agressive du Gouvernement. Elle a commencé il y a deux ans, mais cette année, il y a une accélération, avec une hausse de 50 centimes tous les six mois.

•• Les prix des produits Philip Morris

« Les consommateurs ont vocation à payer les taxes, donc nous avons répercuté la hausse de 50 centimes. Et nous avons rajouté dix centimes sur certains paquets pour compenser la baisse que nous anticipons du marché légal. »

Et de rappeler que « dans le prix du paquet de cigarettes, il y a 80 % de taxes qui vont à l’État, 9,9 % qui reviennent aux buralistes (remise brute) et 7,8 % de marge pour les fabricants. »

•• Le marché parallèle

« La conséquence de hausses de prix importantes et régulières, c’est la construction d’un marché parallèle. En France, cela représente une cigarette vendue sur quatre. »

•• La politique de Santé du Gouvernement

« Dans une politique de santé publique, le prix doit être un levier. Le Gouvernement a mis en place une politique assez pionnière. Il y a une vraie volonté d’avoir un impact positif sur le nombre de fumeurs. Et ça c’est bien. Mais malgré cette approche, Il y a quand même 12 millions de fumeurs quotidiens, que fait-on pour eux ? »

•• Le tabac chauffé

« Le problème, ce n’est pas le tabac ni la nicotine, c’est le fait qu’on brûle le tabac.  Donc on a investi pour trouver une technologie qui consiste à chauffer le tabac. Avec ce produit, vous avez la satisfaction du fumeur sans avoir tous les méfaits, c’est prouvé par des études scientifiques.

« Mais ce n’est pas une alternative à risque zéro. Il y a toujours un phénomène d’addiction. On parle d’alternative à risques réduits. »

•• Information des fumeurs

« Notre rêve, c’est qu’un jour on arrête de commercialiser des cigarettes … C’est très sérieux. Mais on est conscients qu’on n’y arrivera pas seuls.

« Il faut que les fumeurs soient mieux informés pour pouvoir faire un choix éclairé et arrêter de fumer où se tourner vers de meilleures alternatives que la cigarette. Le Gouvernement a un rôle à jouer dans cet accès à l’information. »