Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Août 2020 | Trafic
 

La vie comme elle va. « Besoin de joindre les deux bouts en des temps difficiles ? Simple … il suffit de vendre des clopes à la sauvette ! » Ils avaient déjà 1 350 euros dans leurs poches quand des policiers en civil les ont interpellés, ce jeudi 6 août, dans le quartier de la gare d’Annecy.

Deux hommes, âgés d’une trentaine d’années, revendaient à la sauvette des cartouches de cigarettes … au prix de 50 euros, alors qu’ils les avaient eux-mêmes achetés à 33 euros. Sur la cinquantaine de cartouches qui constituait leur stock, ils en avaient déjà écoulé en quelques heures 27, rapporte Le Dauphiné Libéré.

•• Pour faire connaître leur trafic, les deux complices envoyaient des sms sur les portables d’acheteurs potentiels. C’est d’ailleurs suite à ce démarchage téléphonique que des personnes ont alerté la police.

Une fois conduits au commissariat (avec l’un des acheteurs), les deux individus ont expliqué qu’ils étaient au chômage suite à la crise provoquée par le coronavirus : l’un est … directeur de ressources humaines et l’autre serveur (en recherche d’emploi en pleine saison).

•• Méconnus des services de police, ils ont bénéficié d’un simple rappel à la loi. On ne sait rien de leur source d’approvisionnement.

C’est le moment de rappeler que le délit de vente à la sauvette de tabac est passible d’une amende de 3750 euros et d’une condamnation pouvant aller jusqu’à 6 mois d’emprisonnement (voir 24 mars 2017).

Suite à l’action de la Confédération, l’acheteur est passible d’une contravention de 4ème classe (135 euros / voir 26 décembre 2019).