Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Jan 2019 | Trafic
 

La police judiciaire a saisi à Angers plus de 2,5 tonnes de résine de cannabis marocain, soit environ 25 millions d’euros de marchandise, donnant lieu à quatre mises en examen, a appris l’AFP mercredi auprès du parquet d’Angers et de la police.

Après plusieurs mois d’enquête, le Service régional de police judiciaire (SRPJ) d’Angers a saisi le jeudi 27 décembre des dizaines de « valises marocaines » contenant chacune 30 kilos de résine dans un fourgon de 12 m3 garé dans un quartier du sud d’Angers. Le fourgon était arrivé la veille de la région parisienne, précédé par un « go fast », une voiture ouvreuse chargée de donner l’alerte en cas de présence des forces de l’ordre.

Quatre hommes originaires de l’Ouest de la France, âgés de 26 à 37 ans, ont été mis en examen des chefs d’association de malfaiteurs et d’importation, acquisition, offre ou cession, détention et transport non autorisés de stupéfiants. Ils ont été placés en détention provisoire dans quatre maisons d’arrêt différentes pour éviter toute concertation.

•• « C’est effectivement une très, très grosse prise, la plus grosse en France métropolitaine en 2018 », s’est félicité le procureur de la République d’Angers Yves Gambert.

L’information judiciaire ouverte en mai et confiée à un juge d’instruction angevin est toujours en cours. « Toutes les personnes que nous voulions interpeller ne l’ont pas été. Il s’agit de trafiquants professionnels qui communiquent avec du matériel crypté », a précisé M. Gambert.

•• Des perquisitions ont également été réalisées, notamment dans un commerce du centre d’Angers destiné à devenir un bar à chicha. Cinq armes de poing ainsi que des munitions ont été trouvées lors des perquisitions.

Pendant les interrogatoires, les quatre mis en cause ont simplement déclaré avoir transporté le véhicule d’un point A à un point B sans être au courant de la nature de la marchandise transportée. L’un d’eux a lui assuré qu’il pensait livrer du tabac à chicha et justifie la méthode du « go fast » par la volonté d’éviter les taxes douanières.