Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Mar 2017 | Profession, Trafic
 

Quelques-uns des retours de presse occasionnés par la manifestation des buralistes sur la route menant à Andorre, hier (voir Lmdt du 19 mars).

•• Jean-Luc Renaud (secrétaire général de la Confédération), sur France Info : « Pour cette première opération, nous avons choisi Andorre « paradis du tourisme fiscal ». Nous avons beaucoup de clients qui se dirigent vers la Principauté de façon individuelle tous les week-ends ou tous les jours. Ou encore plus grave, de façon organisée avec les autocaristes. Les gens viennent de loin, même du centre de la France, pour y passer une journée.

« L’idée de la manifestation, c’est de sensibiliser les automobilistes qui s’y rendent mais surtout de mobiliser les politiques à la veille des élections. Le marché parallèle sous toutes ses formes doit être combattu. C’est un fléau pour le réseau des buralistes qui doivent supporter des contraintes draconiennes et sévères, comme récemment le paquet neutre, qui aggrave encore les conditions de concurrence déloyale avec notre réseau. Et la ministre de la Santé qui veut lutter contre le tabagisme, paradoxalement, ne semble pas concernée par ce qui se passe à nos frontières … ».

•• Gérard Vidal (président de la fédération Occitanie/ Midi-Pyrénées) au micro de RTL : « Les gens n’hésitent pas à monter dans un bus pour faire 500 kilomètres à l’aller et 500 kilomètres au retour pour aller en Andorre. Et pour faire des provisions. Certaines personnes retraitées nous racontent que leur pension est tellement faible, qu’en en revendant au voisin, ça fait un complément en fin de mois.

« En France, c’est de venu un sport national. Ce n’est pas le buraliste qu’on déstabilise ainsi en zone rurale, mais le dernier commerce de proximité …

« Que les règles soient les mêmes si on veut faire une politique de santé publique forte. Je ne parle pas d’harmonisation complète des prix en Europe mais, au moins, qu’il n’y ait qu’un euro d’écart avec la France ».

•• Claudine Maura (présidente de la chambre syndicale des buralistes du Pays Basque) à France Bleu Pays Basque : « En Andorre, vous avez la blague de tabac à 2,98 euros contre 9 chez nous. Pour quelques euros, on peut aller en Andorre en autocar et on rentre avec une belle marge sur ses achats de tabac.

« En Andorre, on a répertorié jusqu’à 22 autocaristes français qui font très régulièrement la navette … Ce serait déjà une bonne chose s’ils pouvaient répertorier les noms des passagers et faire étiqueter les bagages qui leur correspondent. Quand les douaniers contrôlent, on ne sait pas trop à qui ils appartiennent » (voir Lmdt du 11 mars).