Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Oct 2018 | Trafic
 

Très actif sur le sujet de la contrebande de tabac en Europe et particulièrement sur ses sources d’approvisionnement, le député européen Tomás Zdechovsky (PPE Pologne / voir Lmdt du 9 février 2017) a récemment posé une question, à la Commission européenne, sur l’importation illégale en France de tabac provenant d’Algérie (voir Lmdt du 18 juillet 2018).

Pour cela, il se fonde sur les chiffres de la récente étude conduite par le Royal United Services Institute / RUSI (ndlr : rapport KPMG / voir Lmdt du 9 août 2018) faisant ressortir que 2,5 milliards de cigarettes issues d’Algérie ont inondé le marché parallèle en France, l’année dernière (voir Lmdt du 31 juillet 2018).

•• Sa question était précise … et double : l’OLAF (Office européen de Lutte contre la Fraude / voir Lmdt des 20 janvier 2018 et 20 juillet 2016) apporte-t-elle un soutien à la France pour enquêter sur les circuits en provenance d’Algérie ? ; et ces derniers concernent-ils d’autres états-membres ; l’Espagne, par exemple ?

•• De fait, la Commission européenne a indiqué que l’OLAF pouvait appuyer les autorités françaises dans leur lutte contre le commerce illicite. L’office disposant d’un mandat d’investigation unique pour combattre la contrebande de tabac dans l’Union européenne. Pour cela l’OLAF « peut apporter une valeur ajoutée significative en aidant la coordination des opérations anti-contrebande menées par les agences de force de l’ordre à travers l’Europe. »

Si les États membres saisissent entre 3,1 et 3,8 milliards de cigarettes par an, l’OLAF a contribué à la saisie de plus d’1,5 milliard de cigarettes ces trois dernières années. Et dans le cadre d’opérations douanières conjointes.

•• Reste que la Commission européenne rapporte que la France n’a pas encore sollicité l’aide de l’OLAF sur le sujet algérien.

Et Tomás Zdechovsky de réagir : « j’espère que la France, ainsi que d’autres états membres, solliciteront de l’aide parce que le soutien de l’OLAF pourrait leur être très utile. »