Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Juin 2018 | Associations
 

Pourquoi ne pas augmenter le prix de l’alcool au même titre que celui du tabac ? La Ligue contre le Cancer a commandité un sondage à OpinionWay sur la hausse du prix de l’alcool au nom de la santé publique. Et 54 % des sondés se disent « favorables » ou « très favorables » à « une augmentation du prix des produits contenant de l’alcool comme pour les produits du tabac ». 

•• 58% adhèrent à l’idée d’une « taxation sur les produits contenant de l’alcool pour compenser les dépenses de santé liées à la consommation d’alcool », contre 40 % qui y sont hostiles. Et ce sont les plus jeunes (18-24 ans) qui sont le plus favorables à la taxation des produits contenant de l’alcool (72 %).

« Le renforcement de la prévention chez les jeunes » fait presque l’unanimité (92 % favorables, 6 % défavorables). « Un étiquetage sur les boissons alcoolisées mentionnant les risques liés à la consommation d’alcool » est plébiscité par 81 % des sondés.

Enfin, « l’interdiction totale de la publicité pour les produits alcoolisés y compris sur internet » est approuvée par 71 % et désapprouvée par 28 %.

•• Reste que seulement 23 % des personnes interrogées identifient l’alcool comme le deuxième facteur de risque de cancer après le tabac.

De même, plus de la moitié des Français (54 %) n’ont pas le sentiment de prendre des risques en consommant de l’alcool. Et les consommateurs de plus de 10 unités d’alcool par semaine ont moins le sentiment que les autres de prendre des risques (40 %).

•• La Ligue contre le Cancer demande au Gouvernement, sans plus attendre :
. l’interdiction totale de la publicité des produits alcoolisés, internet compris ;
. un étiquetage spécifique sur les risques liés à la consommation d’alcool sur tous les produits alcoolisés ;
. une taxation au gramme d’alcool sur les produits en contenant.

* Le sondage a été réalisé en ligne les 23 et 24 mai auprès de 1 004 personnes de 18 ans et plus.