Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Oct 2017 | Institutions
 

Au détour d’un papier sur « Agnés Buzyn, atout social du président », le Journal du Dimanche (du 22 octobre) nous apprend, de la bouche d’un conseiller à l’Élysée, que « le Président n’ira pas fumer un cigare à une heure du mat’ avec elle comme avec Gérard Collomb ou Christophe Castaner » (voir Lmdt des 5 et 6 octobre). « Mais elle fait partie des ministres dont il se dit : the job is done. »

L’anecdote est une touche supplémentaire au portrait avenant d’une ministre des Solidarités et de la Santé appelée à être « l’atout social du président » : une femme de gauche modérée avec une histoire. La profondeur de champ nécessaire pour s’inscrire durablement dans le paysage médiatico-politique. À condition de réussir le passage du feu, à partir de demain, avec la présentation du budget de la Sécu (PLFSS 2018) devant l’Assemblée nationale.

En tout cas, la campagne d’opinion est bien lancée.

•• Dans ce même JDD, on pose une question à la Ministre sur une teinte guerrière : « le prix du paquet de cigarettes augmentera d’un euro en mars pour atteindre 10 euros en 2020. Vous avez gagné la bataille ? ».

Ce à quoi la Ministre répond sobrement : « à l’inverse de l’Angleterre et des États-Unis, qui ont fait d’immenses progrès, la France a un comportement anormal vis-à-vis du tabac. Le seul levier efficace, c’est une hausse de prix constante sur plusieurs années qui oblige les fumeurs à se préparer à arrêter. Nous savons qu’une hausse du prix de 10 % entraîne une baisse de 4 % de la consommation. »

•• Pour forcer le trait, est apparu cet éditorial « cirage de pompe » dans L’Express (du 11 octobre) signé Laurent Alexandre : « Agnès Buzyn va sauver plus de vies que n’importe quel médecin en une vie entière de travail (…) Bravo, madame la Ministre. Merci pour toutes ces souffrances évitées, même si l’opinion ne mesure pas votre courage politique. »