Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Sep 2017 | Profession
 

Une nouvelle manifestation aura peut-être lieu, ce matin, devant la préfecture à l’occasion des élections sénatoriales. Hier, 23 septembre, une cinquantaine de personnes étaient regroupées, place Armand Fallières à Agen, pour le maintien d’une brigade de la Douane dans le département, à l’appel de l’Unsa et de Solidaires (voir Lmdt du 26 mars 2016).

Sur place, des douaniers, une poignée d’élus locaux et une délégation de buralistes, menée par Jean-Luc Renaud (secrétaire général de la Confédération et président de la chambre syndicale des buralistes de Lot-et-Garonne). « Ils craignent que la circulation du tabac de contrebande s’amplifie une fois les Douanes parties » précise Sud-Ouest.

En principe, dans un an, les 5 agents de la brigade – installés près de l’échangeur autoroutier du Passage d’Agen – auront été mutés ou mis en retraite.

« La norme est qu’une brigade doit être composée de 20 agents » déclare au Petit Bleu Olivier Géron, délégué régional Solidaires et douanier à Agen.

« Cela veut dire que Montauban peut être menacée. On nous dit toutefois que c’est une norme sans être une norme ! Si la brigade d’Agen disparaît, aucun service n’est susceptible de pallier cette absence en Lot-et-Garonne. »