Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Mar 2014 | Institutions
 

AddictionsLe décret est paru, hier jeudi 13 mars, avec entrée en vigueur dès aujourd’hui. Le périmètre des compétences de la MILDT (Mission interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie) vient d’être actualisé « à l’ensemble des substances psychoactives et des conduites addictives » et à une extension incluant jusqu’à «la lutte contre les trafics». Nouvelles missions accompagnées d’un nouvel intitulé : Mission interministérielle de la Lutte contre les Drogues et les Conduites addictives (MILDCA).

Selon les termes du décret, la MILDCA « placée sous l’autorité du Premier ministre, anime et coordonne les actions de l’Etat en matière de lutte contre l’usage nocif des substances psychoactives et des conduites addictives tant dans le champ de la réduction de l’offre que de la demande ».

En clair, une approche plus globale des addictions qui chapeaute aussi bien les produits – licites (tabac, alcool) et illicites – que les comportements (par exemple, le suivi des addictions dites « sans substance » comme le jeu compulsif). Et des moyens d’action, la MILDCA intervenant dans « les domaines de l’observation, de l’information et de la prévention, de la prise en charge et de la réduction des risques sanitaires et des dommages sociaux, de la lutte contre les trafics, de la recherche et de la formation ».

Reste à savoir deux choses : comment va se traduire sur le plan organisationnel et, surtout budgétaire, cet élargissement de compétences ? Et concernant le tabac, en quoi la mention de la lutte contre les trafics correspond à une reconnaissance plus affirmée de la notion de marché parallèle ?