Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Fév 2021 | Trafic
 

À Fos, à l’extrême sud de la Haute-Garonne, frontaliers et Toulousains ont l’habitude de franchir sereinement la frontière espagnole, où de l’autre côté, tabacs et commerces les attendent …

Ce lundi 1er février, l’affluence était timide et dans le premier tabac espagnol, à dix minutes de la frontière, les quelques clients français sont là par négligence ou parce qu’ils ont voulu « tenter le coup », rapporte La Dépêche du Midi.

•• Mais, sur la route du retour, les contrôles étaient bien là. « On est arrivés ce matin depuis Blagnac, et on va se relayer avec nos collègues gendarmes. Pour l’instant, on ne sait pas encore combien de temps ça va durer, ni si ce sera pour une surveillance 24heures/ 24 », indique un agent de la Police des Frontières  (PAF).

Sa mission est claire : « on applique les consignes gouvernementales ». À savoir le contrôle de tous les véhicules, qu’ils soient immatriculés en France ou en Espagne, avec présentation obligatoire d’un test PCR négatif de moins de 72 heures.

•• Et si les occupants du véhicule n’en ont pas ? « Pour un ressortissant espagnol, c’est demi-tour obligatoire, retour en Espagne où il devra se soumettre à un test PCR s’il veut entrer en France. Pour les Français, c’est différent, on ne peut pas les empêcher de rentrer en France, alors s’ils n’ont pas de test, ils écopent d’une amende de 135 euros. »

Au cours de la matinée, une dizaine de contraventions ont dû être acquittées. « Je ne m’attendais pas à ce que ce soit si peu », commente, étonné, l’agent de la PAF. « Finalement, il y en a beaucoup qui jouent le jeu, et même parmi les Espagnols. On n’a eu qu’un seul retour à la frontière à effectuer », souligne l’agent.

•• « On n’embête pas les routiers, puisqu’ils travaillent et qu’il y a exception pour les travailleurs transfrontaliers. Même chose pour ceux qui vivent à moins de 30 km de la frontière », précise la PAF.

« Ce qu’on veut, c’est combattre l’épidémie, on n’est pas là pour embêter le monde. Ceux qui seront verbalisés, c’est vraiment qu’ils n’auront pas respecté les consignes, et à ce niveau-là, ce n’est plus de la négligence, c’est de la bêtise. »