Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Mar 2018 | Trafic
 

Pas moins de 39 000 véhicules traversent chaque jour la frontière franco-belge par l’autoroute A2, passant sous les yeux de la brigade des douaniers de Saint-Aybert (Nord).

Dans leur ligne de mire, plus que jamais, le tabac venant de Belgique et du Luxembourg, selon un reportage de La Voix du Nord.

•• Un « stop stick » à la main, pour immobiliser les éventuels récalcitrants qui refuseraient d’obtempérer, les douaniers s’apprêtent à contrôler les automobilistes. La brigade opère désormais plus de contrôles : « avec l’augmentation des prix, automatiquement, les gens vont vouloir ne pas payer aussi cher. Ça augmente les risques de contrebande. »

•• L’un des douaniers fait signe à une 306 bleue qui se gare sur le bas-côté. Les deux jeunes gens, qui sont originaires d’Abscon et de l’Yonne, ont bien été acheter du tabac de l’autre côté de la frontière : un pot chacun. Les quantités sont tout à fait légales, les douaniers les laissent donc repartir. « On fait des saisies de tabac tous les jours » explique, toutefois, l’un des agents des douanes.

•• L’année 2017 aura été dense pour les douaniers de Saint-Aybert et leurs collègues de Prouvy, marquée par plusieurs grosses prises, comme celle de l’été dernier : dix tonnes de tabac ont été retrouvées dans l’un des conteneurs d’un camion. « Ça peut aussi être caché dans une roue de secours. Ça ne tombe pas tout cru ! Il faut parfois vider plusieurs palettes avant de trouver quelque chose » détaille le chef-divisionnaire des douanes de Valenciennes.

Ou même ouvrir bien des colis puisque les douaniers peuvent aussi être amenés à inspecter le fret postal, conclut le quotidien régional.