Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Nov 2017 | L'essentiel, Profession
 

… Décision, annoncée hier soir, de mettre « fin à ses activités de financement et d’investissement relatives aux entreprises du tabac », en invoquant l’OMS (Organisation mondiale de la Santé / voir Lmdt du 24 novembre) qui n’est pas sans rappeler l’attitude – médiatisée, forcément médiatisée – de Axa concernant le même sujet (voir Lmdt des 2 juin 2017 et 23 mai 2016).

Façon de se donner bonne conscience en faisant oublier bien des turpitudes dans d’autres domaines. Manière aussi de se positionner aussi pour de futurs et colossaux investissements dans le domaine de la santé.

L’OMS est une bonne carte de visite. Personne n’est dupe.

De toute façon, vendredi soir, les quelques journalistes qui s’intéressaient au sujet se sont cassés le nez quand ils ont cherché à savoir le montant des activités de financement de BNP Paribas dans le tabac. Sachant que la banque a déjà arrêté de financer certains acteurs liés aux hydrocarbures et au charbon.

•• Cette « opération de com » ne saurait faire oublier l’opposition farouche du secteur bancaire français à la proposition de la Confédération visant à imposer aux banques de refuser les paiements sur des sites du e-commerce proposant du tabac (voir Lmdt du 27 avril 2016).

•• Mais la notion « entreprises tabac » n’englobe pas, ici, « les buralistes » qui ont tous d’autres activités. Et de plus en plus : voilà pourquoi BNP Paribas ne remet pas en cause son investissement à 95 % dans le Compte Nickel des buralistes aux côtés de la Confédération des buralistes (5 % / voir Lmdt du 13 juillet 2017).

BNP Paribas a même prolongé l’exclusivité des buralistes sur Nickel jusqu’en 2035.